Frais de notaire : ce qu’il faut savoir

Toute transaction immobilière se conclut devant un notaire. Lui seul est en effet habilité à officialiser l’achat ou la vente d’un bien immobilier. C’est à ce moment qu’interviennent les fameux frais de notaire, une somme dont doit s’acquitter l’acquéreur et qui peut vite représenter une somme importante.

Ce qui est compris dans les frais de notaire

Achat appartement

Vous avez trouvé le logement ou le terrain qui répond à toutes vos attentes ? Vous avez fait une proposition que le vendeur a acceptée ? Il est temps de se rendre chez le notaire afin de signer tous les papiers et de vous acquitter des fameux frais de notaire inhérents à tout achat immobilier, dans l’ancien comme dans le neuf. Ils comprennent :

  • Les droits de mutation : ils recouvrent toutes les taxes que le notaire se charge de collecter au nom de l’Etat et des collectivités. Ils représentent un certain pourcentage du prix d’achat du logement.
  • Les honoraires du notaire : ils sont fixes et dépendants de la valeur d’achat du bien
  • Les frais de débours : ils recouvrent tous les frais annexes comme les frais de timbre, de constitution du dossier, d’enregistrement au bureau des hypothèques, aux cadastres…

Calcul des frais de notaire

A la charge de l’acheteur, les frais de notaire représentent une somme à ne pas sous-estimer. Vous pouvez calculer leur montant en vous aidant d’outils disponibles en ligne. A titre indicatif, on estime que les frais de notaire s’élèvent à :

  • 2-3 % du prix du bien quand celui-ci est neuf
  • 6,5-8 % du prix du bien quand celui-ci est ancien

Par exemple, si vous vous portez acquéreur d’une maison ancienne à 175 000 €, les frais de notaire peuvent s’élever à 14 000 €.

ch be lu ca