Guide pratique pour bien choisir son syndic

syndic

Les copropriétaires font appel à des syndics de copropriété pour gérer les tâches courantes liées à l’entretien de leurs immeubles. Certains pièges doivent être évités ou surveillés. Afin de choisir le syndic convenant le mieux à tous vos besoins, vous devez aussi évaluer les attentes de copropriétaires, les capacités de conseil syndical et de caractéristiques d’immeuble. Découvrez comment bien choisir le syndic.

Le rôle central de syndic de copropriété

Dans l’immeuble, le syndic de copropriété joue, pour rappel, un rôle central. Il représente le syndicat de copropriétaires, soit l’ensemble des copropriétaires d’un immeuble. Sa tâche principale est d’assurer la bonne gestion de parties communes de l’immeuble. De par son mandat, il doit notamment tenir une assemblée générale des actionnaires au moins une fois par an, voter et arrêter le budget prévisionnel d’année à venir, veiller au respect de décisions prises par l’assemblée générale et veiller au respect des dispositions des statuts de la société. Par conséquent, choisir un syndic de copropriété est très important. Si votre syndic professionnel actuel est mécontent, sachez que vous pouvez changer de syndic facilement pendant l’assemblée générale annuelle tout en mettant d’autres offres du syndic à l’ordre du jour.

Choisir le bon modèle du syndic

Dans un premier temps, il est nécessaire de se demander quel modèle du syndic de copropriété choisir. Certes, vous ne le savez pas peut-être, mais les syndicats de copropriété peuvent prendre différentes formes. Un syndic peut être professionnel. Il s’agit du modèle le plus courant lorsque vous faites appel à la société tierce pour gérer votre copropriété. Afin d’exercer la profession de syndic légalement, l’entreprise doit disposer d’un certificat professionnel et d’une garantie financière. Un syndic peut être bénévole : cela signifie qu’un seul copropriétaire est élu syndic. Bien que cette alternative soit clairement économique, celle-ci peut être chronophage pour un syndic. Les syndicats peuvent coopérer : cela semble être l’option la plus éthique. Un groupe de copropriétaires, généralement un comité syndical, gère la copropriété. Par ailleurs, le président de conseil syndical exerce une qualité de syndic. La gestion de la copropriété est moins chronophage puisque les tâches sont réparties généralement entre les conseillers syndicaux. De plus, le modèle coopératif permet des économies durables sur les frais de syndic en gagnant en distance et en transparence avec les autres copropriétaires. La plateforme de gestion accompagne les syndics de copropriété pour gagner de temps dans la gestion des immeubles et prendre en charge des tâches plus complexes : ingénierie, gestion des impayés, renégociation de contrat, etc.

Faire attention aux frais annexes et au prix et miser sur le syndic proche de vous

Si vous choisissez un syndic professionnel, examinez attentivement les frais du syndic qui vous sont offerts. Mais il faut faire attention, car ce n’est pas tout. En effet, les syndics professionnels facturent également des frais accessoires pour tout type de services supplémentaires. Voici quelques exemples : si votre assemblée générale est après 18 h ; si vous appelez un EGM; si vous travaillez, le syndic facturera une commission moyenne d’environ 4% sur ce travail; si vous avez des factures impayées, le syndic vous facturera une gestion de ces factures impayées, etc. Il est alors important d’évaluer le coût des frais supplémentaires pour comprendre l’impact que peut avoir un nouveau syndic sur vos frais de copropriété. Le syndic qui est proche de vous pourra mieux vous comprendre et intervenir en cas de dysfonctionnement de la copropriété. C’est pourquoi si vous choisissez un syndic professionnel, il vous est conseillé de miser sur un syndic local. Sinon, le modèle du fiduciaire coopératif s’est également révélé être une alternative pertinente. Quoi de plus local qu’un copropriétaire qui habite un même immeuble que vous? Les syndics coopératifs sont, bien souvent, très efficaces, car ils se concentrent sur les besoins des copropriétaires. De ce fait, l’ambiance à l’intérieur du bâtiment est plus calme et conviviale.

Vérifier la conformité et les clauses du contrat de syndic et miser en concurrence le syndic afin de faire le bon choix

Si vous décidez de choisir un syndic professionnel, il vous remettra une proposition de contrat. Dans un premier temps, vous devez vérifier que le contrat de syndic est conforme à la loi. Un décret a modifié le contrat type et s’applique à tous les contrats conclus. Ensuite, pensez à vérifier les termes du contrat de syndic, surtout pour examiner quelles prestations sont incluses dans les honoraires qui sont annoncés. Vous pouvez aussi poser des questions sur les frais annexes pour comprendre le budget alloué au syndicat de copropriété. Si le syndic change, votre syndic actuel doit être en compétition. Non seulement cela est obligatoire par la loi. Cependant, il est également essentiel pour vous de faire un bon choix et aussi de voir quelle proposition répond le mieux à tous les besoins de votre appartement.  Vous devez, lors d’une mise en concurrence, apporter au moins 2 propositions différentes de devis de celle du syndic actuel.

L’évolution du marché des bureaux en France
Pourquoi faut-il faire appel à un expert immobilier ?